Coopération en matière de défense

En plus des contrats cadres généraux et d’une collaboration étroite au sein de l’OTAN et de la politique de sécurité et de défense de l’Union européenne, l’Estonie et la France ont signé en 2011 un contrat intergouvernemental de coopération dans le domaine de la défense.

Ces dernières années, la coopération bilatérale franco-estonienne s’est intensifiée dans le domaine de la défense et de la sécurité, de même que la coopération cyber. L’Estonie et la France se consultent régulièrement sur diverses questions de sécurité.

Lors du sommet de l’OTAN à Varsovie en 2016, la France a annoncé sa participation à la présence renforcée des alliés sur le flanc est de l’OTAN, dans le cadre de l’eFP (NATO enhanced Forward Presence). La France a participé à l’eFP en Estonie en 2017 en collaboration avec le Royaume-Uni et reviendra en Estonie au printemps 2019.

La France est l’un des principaux soutiens de la mission de sécurité aérienne des Pays baltes menée par l’OTAN. La France a participé à la sécurité aérienne des pays baltes depuis 2007 ; en 2018, pour la première fois, elle a assuré ce soutien depuis la base aérienne d’Ämari, en Estonie.

La France a participé à de nombreux projets d’aide aux Pays baltes dans le domaine de la défense, comme BALTRON et BALTSEA, et a soutenu l’enseignement du français aux Forces de défense estoniennes. La France est l’un des partenaires principaux de l’Estonie pour les marchés publics.

L’Estonie et la France ont coopéré et continuent de coopérer de façon très étroite dans le cadre de missions et d’opérations de guerre. En 2011-2013, un détachement estonien de protection de vaisseau a participé à des rotations spéciales sur un vaisseau français. La coopération dans le cadre de missions européennes s’est encore accrue en 2014, lorsque l’Estonie a contribué, avec un contingent de 50 hommes, aux effectifs de l’EUFOR RCA à Bangui, en République centrafricaine. En 2015, après les attaques terroristes à Paris et en application de l’article42.7 du traité de Lisbonne, l’Estonie a renforcé, à la demande de la France, sa participation à la mission EUTM au Mali. La coopération correspondant à des missions en cours se déroule principalement au Mali, où la France et l’Estonie participent à la mission de maintien de la paix (MINUSMA) et à la mission européenne de formation (EUTM). En août 2018, l’Estonie a été le premier pays à se joindre à l’opération Barkhane, menée par la France au Mali. Le contingent estonien de 50 hommes réalise principalement, dans le cadre de l’opération Barkhane, des missions de protection des forces.

Un autre signe de ces bonnes relations bilatérales est le fait que l’Estonie ait été le seul pays d’Europe centrale et orientale invité à participer à l’Initiative européenne d’Intervention (IEI), visant à créer les conditions préalables à la conduite d’engagements opérationnels.

La coopération est également étroite dans le domaine de la cyberdéfense. En témoigne avant tout l’accord de coopération technique dans le domaine de la cyberdéfense signé en 2016, sur la base duquel l’échange d’informations sur les thèmes de la cyberdéfense a été intensifié. En dehors de l’Estonie, la France n’a signé un tel accord qu’avec les États-Unis et avec la Grande-Bretagne. Pour amplifier la coopération entre les instituts de recherche et les petites entreprises, un contrat-cadre de coopération mutuelle a été conclu entre l’Union des industries estoniennes de défense et le Pôle d’excellence cyber situé en Bretagne.